Showing Page:
1/12
INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL
Lavage d’oreille
Soin infirmier sur prescription médicale
1. Définition :
Le lavage d'oreille est l'injection d'un liquide de lavage dans le conduit auditif externe afin d'extraire
un bouchon de cérumen.
2. Indications :
Bouchon de cérumen.
3. Contre indication :
Douleur au niveau de l’oreille
Écoulement sanguinolent ou purulent
Perforation tympanique
Otite externe ou moyenne
Présence d’une tumeur ou d’un corps étranger
Vestibulite, labyrinthite
4. Matériel :
Seringue stérile à embout conique de 20 ml.
Solution d'instillation : - Eau stérile ou sérum physiologie 0,9%.
- Produit médicamenteux sur prescription médicale.
Cupule stérile.
Compresses.
Protection absorbante ou une serviette de toilette.
Une alèse de protection
Une paire de gant
Haricot.
Sac à élimination des déchets.
Nécessaire à l'hygiène des mains.
Plateau propre et décontaminé
Otoscope
NB : Le lavage peut être pratiqué avec un otoscilloscope (petit appareil électrique)
5. Réalisation du soin :
Vérifier la prescription médicale.
Prévenir le patient.
Installer le patient en position assise sur un fauteuil
Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par
frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
Installer le matériel après vérification des dates de péremptions et de l'intégri des
emballages. (Installation sur dans le plateau propre et désinfectée au préalable.)
Installer les poubelles de tri des déchets au pied du lit du patient.
Respecter le triangle d'hygiène, de sécurité et d'ergonomie :
Propre (matériel) Patient Sale (poubelles).
Installer confortablement le patient, mettre les protections autour du cou et sur les épaules.
Vérifier l’emplacement du bouchon de cérumen avec l’otoscope
Préparer la solution dans la cupule stérile : sérum physiologie avec ou sans le produit
médicamenteux en fonction de la prescription.
Prélever la solution d'instillation.
Mettre la seringue sous l'eau chaude afin de réchauffer légèrement la solution d'instillation.
Demander au patient de maintenir le haricot sous son oreille.
Tirer d’une main le pavillon de l’oreille vers le haut et en arrière, pour rectifier la courbure
naturelle du conduit auditif
Introduire la seringue montée à la base du conduit auditif
Injecter doucement la solution d'instillation.( à répété plusieurs fois)
Faire pencher la tête pour que le liquide s'écoule.
Nettoyer et sécher l'oreille.
Contrôler le conduit auditif pour s’assurer de la complète évacuation du bouchon de cérumen
Le médecin s’assure de la perméabilité du conduit et de l’état du tympan
Eliminer les déchets et désinfecter le matériel utilisé ainsi que le plan de travail.
Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par
frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
Showing Page:
2/12
INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL
Réinstaller le patient.
Transmission : présence de bouchon de rumen, aspect du liquide de lavage, réaction du
patient.
Le lavage peut être complété par une aspiration pratiquée par le médecin.
En cas de douleur, arrêter le soin.
6. Risques et complications :
Vertiges et nausées : eau trop froide ou trop chaude.
Douleur : arrêter le lavage.
Traumatisme : introduction trop profonde de la seringue.
7. Surveillances et évaluations :
Présence de bouchon de cérumen.
Aspect du liquide de lavage.
Réaction du patient.
Qualité de l'audition.
Showing Page:
3/12
INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL
Lavage de sinus
Acte médical
Préparation du matériel, du malade et surveillance
1. Définition :
Le lavage de sinus est l'injection d'un liquide de lavage dans les cavités sinusales par l'intermédiaire
de cathéters fixés (drain d'Albertini).
2. Indication
Sinusite.
3. Préparation du matériel
Seringues stériles de 20 ml.
Solution d'instillation : Sérum physiologie 0,9%.
Produit médicamenteux sur prescription médicale.
Cupule stérile.
Compresses stériles.
Sparadrap.
Protection absorbante ou une serviette de toilette.
Alèse de protection
Gants non stériles à usage unique
Haricot.
Sac à élimination des déchets.
Nécessaire à l'hygiène des mains.
Plateau propre et décontaminé.
4. Préparation du malade :
Vérifier la prescription médicale.
Prévenir le patient.
Installer le patient en position assise ou demi-assise.
mettre les protections autour du cou et sur les épaules.
5. Réalisation du soin
Vérifier la PM
Avertir le patient
Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par
frictions avec une solution hydro-alcoolique :hygiène des mains.
Préparer la solution dans la cupule stérile : sérum physiologie avec ou sans le produit
médicamenteux en fonction de la prescription.
Prélever la solution d'instillation.
Vérifier la température du sérum physiologique : si trop froid - Vertiges et/ou douleurs
Purger l’ensemble : ne pas injecter d’air
Enlever les bouchons du drain d'Albertini avec une compresse stérile et les déposer sur une
compresse stérile propre.
Injecter le sérum physiologique dans le drain
Injecter le sérum physiologique par petits coups pour diluer les mucosités trop épais
Si le drain paraît bouché, demander au médecin de la mobiliser au cas où l’extrémité distale
serait collée à la paroi du sinus
Le malade penche la tête en avant et se mouche pour évacuer le liquide
Recommencer l’opération jusqu’à l’obtention d’une eau de lavage claire
Si le patient est inconscient aspirer à la seringue le liquide de lavage.
Remettre les bouchons et fixer les drains sur le front avec le sparadrap.
Noter l’apparence de cette eau de lavage :
Présence de pus
Présence de flocons muqueux
Présence de sang
Terminer par l’injection des traitements prescrits
Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par
frictions avec une solution hydro-alcoolique :hygiène des mains.
Réinstaller le patient.
Transmission : aspect du liquide de lavage, réaction du patient.
6. Risques et complications
Douleur : injection trop rapide, quantité trop importante.
Ablation accidentelle du drain d'Albertini.
Showing Page:
4/12
INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL
1er lavage ne doit être douloureux : si douleur locale et/ou œdème - STOP - prévenir le
médecin
7. Surveillances et évaluations
Aspect du liquide de lavage.
Fixation des drains.
Réaction du patient.
Showing Page:
5/12
INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL
Ponction de sinus
Acte médical
Préparation du matériel, du malade et surveillance
Les sinus sont un ensemble de cavités creuses symétriques situées de part et d’autre du nez et du
front. Certains mesurent jusqu’à trois centimètres de diamètre, d’autres sont plus petits.
Les différents sinus
Nous avons quatre paires de sinus:
les sinus maxillaires (les plus grands) situés dans les pommettes,
les sinus frontaux, situés au centre de la partie basse du front,
les sinus ethmoïdaux, situés entre les yeux à la base du nez,
les sinus sphénoïdaux, situés derrière la cavité nasale.
1. Définition :
La ponction du sinus est un moyen d'exploration et/ou de traitement des sinusites, elle est pratiquer
par le médecin ORL après échec d’une antibiothérapie convenablement menée, soit sous anesthésie
locale ou générale.
2. Indication :
Aspiration des sécrétions purulentes
Pratiquer un prélèvement pour ECB
Instiller des médicaments localement : antibiotique, anti-inflammatoire
Il est parfois utile de laisser en place un drain durant quelques jours pour assurer des lavages et
l'introduction d'antibiotiques et de corticoïdes à l'intérieur du sinus.
3. Préparation du matériel :
Seringues stériles de 20 ml.
Seringue stérile de 5 ml pour prélèvement bactériologique préalablement étiquetée
Seringue stérile de 2 ml pour injection d’anesthésiant ou pommade
Anesthésie (xélocaine)
Trocard à ponction
Des mèche à gaze imbibé de lubrifiant
Éventuellement des drains de drainage sinusien ( drain d’albertini )
Spéculum de killian
Solution de lavage : Sérum physiologie 0,9%.
Produit médicamenteux sur prescription médicale.
Cupule stérile.
Compresses stériles.
Sparadrap.
Protection absorbante ou une serviette de toilette.
Alèse de protection
Gants non stériles à usage unique
Haricot.
Sac à élimination des déchets.
Nécessaire à l'hygiène des mains.
Plateau propre et décontaminé.
4. Préparation du malade :
rifier la prescription médicale.
Prévenir le patient.
Installer le patient en position assise ou demi-assise.
mettre les protections autour du cou et sur les épaules.
5. Réalisation du soin
Elle nécessite une préparation pré-opératoire. Elle est réalisée sous AG de courte durée ou sous AL
(tampon Xylocaïne).
Hospitalisation de 24 heures ou réalisation en ambulatoire
Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par
frictions avec une solution hydro-alcoolique :hygiène des mains.
Respecter le triangle d'hygiène, de sécurité et d'ergonomie :
Propre (matériel) Patient Sale (poubelles).
Préparer la solution dans la cupule stérile : sérum physiologie avec ou sans le produit
médicamenteux en fonction de la prescription.
Le médecin réalise le soin
Spéculum de killian
Showing Page:
6/12
INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL
Elle se fait : Au niveau du méat inférieur par trépanation de la cloison osseuse inter sinuso-
nasale à l’aide d’un trocart
Le drain qui sort de l’orifice nasal :Est fixé par un sparadrap sur l’arête nasal ou sur le front
Il est obstrué par un fausset (obturateur conique)
Préparer la seringue pour le recueil du liquide drainé pour étude cytobactériologique
Préparer la solution de lavage dans la seringue de 20 ml
Préparer les mèches pour le méchage du nez
Fixer avec du sparadrap et laisser en place le drain d’albertini pour le lavage sinusal
Eliminer les déchets contaminés et désinfecter le matériel utilisé ainsi que le plan de travail.
Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains.
Réinstaller le patient.
Transmission : examen bactériologique demander , réaction du patient.
6. Surveillances et évaluations
Installer le patient en position demi assise pour prévenir la survenue de saignement
Surveillance des mèches nasales
Changer a chaque fois qu’il est nécessaire les mouchettes placées à la base du nez lorsque
celles ci ont absorber beaucoup les écoulements séreux
Surveillance du drain d’albertini
Showing Page:
7/12
INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL
Instillation auriculaire et nasale
Acte sur prescription médicale
Instillation auriculaire :
1. Définition :
Elle consiste à introduire un produit médicamenteux en goute à goute dans le conduit auditif du
patient dans un but thérapeutique.
2. Indication :
Otite
3. Matériel :
La solution prescrite présentée dans un flacon individuel bouchonné par un compte-gouttes.
Coton hydrophile
Coton tige
Le matériel pour le lavage des mains
haricot
4. Technique :
Vérifier la prescription médicale
Mettre le patient en décubitus latéral
Nettoyer délicatement l’entrée du conduit auditif avec du coton tige humidifier
Réchauffer le produit dans vos mains
Tirer le pavillon d’oreille vers le bas
Instiller le goutte à goutte dans le conduit auditif
Masser doucement devant et derrière le lobe de l’oreille
Le patient reste en décubitus latéral 10 minutes « bain d’oreille »
Le patient doit ensuite vider son oreille ; aucun produit en excès
Utiliser le coton hydrophile pour nettoyer le pavillon d’oreille et le conduit auditif
ranger le matériel et laver vos mains.
Transmission
Instillation nasale :
1. Définition :
Consiste à introduire un liquide dans les narines au moyen d'un compte-gouttes afin de traiter la
muqueuse et désencombrer les voies aériennes supérieures.
2. Indication :
Rhinite aiguë, purulente, allergique
3. Matériel :
La solution prescrite présentée dans un flacon individuel bouchonné par un compte-gouttes ou
un flacon pulvérisateur en plastique souple.
Un mouchoir en papier ou le matériel pour un soin de nez ( coton tige)
Le matériel pour le lavage des mains
Haricot
4. Technique :
Installation du malade : Position assise, la tête incliner en arrière. Ou si impossible en position
dorsale sans oreiller
Se laver les mains
Demander au patient de se moucher ou faire un soin de nez au coton-tige
Expliquer au patient la manœuvre en le prévenant qu'il pourra sentir le goût du médicament
Introduire le compte-gouttes d'environ 1,5 cm dans la narine
Instiller le nombre prescrit de gouttes dans les narines du patient
Demander au malade de respirer par la bouche pendant l’instillation, supprime l'envie de
renifler ce qui pourrait projeter le médicament dans le sinus
Répéter la manœuvre dans l'autre narine si cela a été prescrit
Quand le nombre de gouttes a été instillé, dire au patient de garder la tête inclinée vers
l'arrière pendant 5 minutes
Permettre au patient d'expectorer le médicament qui aurait coulé dans la gorge. Il peut avoir
un goût désagréable. Donner des mouchoirs en papier
Réinstaller le malade
Showing Page:
8/12
INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL
Ranger le matériel
Se laver les mains
Transmission
Showing Page:
9/12
INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL
Compression et Méchage du nez
Acte médical
Compression du nez :
1. Définition :
C’est une compression digitale simple des ailes du nez, dans le but d’arrêter un écoulement sanguin
de faible ou moyenne abondance.
2. Indication :
Les épistaxis provoqués par :
Pic hypertensives ;
Surdosage d’anticoagulants ;
Traumatisme des fosses nasales ;
Maladie type hémophilie ;
Rupture d’anévrysme carotidien ;
Rupture de vaisseau vasculaire après exposition au soleil ou rhinopharyngite .
3. Matériels :
Gants
Haricot
Compresses ou mouchoir
Alèse de protection
Tension metre + stétoscope
4. Technique :
Installation du patient dans une position assise, le coude calé sur une table ou sur l'accoudoir
d'un fauteuil.
Tête en avant, haricots + mouchoirs.
Rassurer le patient, le faire moucher (pour enlever les caillots de sang)
Compression nasale pendant 10 minutes ;
Faire également sucer des glaçons au patient (vasoconstriction) ;
Surveillance du faciès, et des constantes ;
Si toujours saignement, appeler le médecin pour arrêter l’hémorragie.
Méchage du nez :
1. Définition :
C’est une technique pratiquée par le médecin et qui consiste à introduire une mèche de gaze et de
tulle gras dans les fosses nasale du patient . (geste douloureux et angoissant)
2. Indication :
Épistaxis de grande abondante
Traumatisme facial, notamment les fractures des os propre du nez (OPN)
3. Préparation du matériel :
Dossier du malade comportant ( FNS, groupage Rh, bilan de coagulation) ;
Paires de gants ;
Haricot ;
Compresses stérile pour confectionner les mèches ;
Tulle gras ;
Pince de politzer ;
anesthésie locale au besoin ;
Alèse de protection ;
Le nécessaire pour le lavage des mains ;
Matériels pour la mise en place d’un abord veineux ;
Tension mètre et stétoscope.
4. Technique :
Pince de politzer
Showing Page:
10/12
INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL
Mettre le patient en position assise sur un fauteuil
Mettre l’alèse de protection
Poser une voie veineuse de gros calibre
Prendre les constantes hémodynamiques
Méchage par le médecin, geste douloureux et angoissant
Attention car risque de dégradation rapide du patient
5. Surveillance :
Repos au lit
À jeun, donc perfusion
Boisson ou alimentation froide plus tard
Changer drap et vêtements souillés
Surveillance des constantes et observation du patient
Antibiotiques (risque infectieux avec les mèches)
Prise en charge de la douleur et de l’anxiété.
Si pas de saignement, le patient sort 24 heures après le déméchage
6. Éducation du patient :
Éviter l’exposition au soleil,
Éternuer la bouche ouverte,
Tousser la bouche ouverte,
Manger froid pendant une semaine,
Ne pas se moucher trop fort,
Ne pas se gratter le nez,
Éviter l’aspirine.
Showing Page:
11/12
INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL
Soins de l'amygdalectomie
Rappel anatomo-physiologique :
Les Amygdales : De composition fort identique aux ganglions lymphatiques, les amygdales sont
situées à divers endroits fréquemment en contact avec les microbes de l'air. Les principales sont les
amygdales palatines à l'arrière du palais, et les amygdales pharyngiennes (encore appelées
végétations adénoïdes ou simplement végétations), au niveau du rhino-pharynx, mais on en trouve
aussi à l'arrière de la langue, de part et d'autre de sa ligne médiane, en arrière du V lingual
(amygdales linguales) et au niveau de l'orifice de la trompe d'Eustache (amygdales tubaires).
Le rôle des amygdales et des végétations est de détruire les microbes envahissant le corps par l'air
inspiré. Elles sont souvent le siège d'inflammations, surtout chez l'enfant, et augmentent de volume.
Définition
L'amygdalectomie est l'ablation des amygdales. Elle est effectuée à l’occasion d’une courte
hospitalisation et pratiqué sous A/G.
Indications
Angines à répétition.
Phlegmons amygdaliens à répétition.
Infections d’origine amygdalienne.
Hypertrophie amygdalienne responsable de troubles respiratoires du sommeil
Hypertrophie amygdalienne symptomatique sans troubles du sommeil
Contre-indications
Il n’existe pas de contre-indication absolue à l’amygdalectomie.
Les troubles de la coagulation peuvent être dépistés en général et ne sont pas une contre-
indication lorsque la chirurgie est impérative ;
Un état fébrile (température > 38 °C) reporte l’intervention de quelques jours.
Complications
Les complications primaires
Les complications respiratoires,
Les NVPO,
L’hémorragie.
Les complications secondaires
L’hémorragie retardée,
La dysphagie douloureuse à risque de déshydratation,
La persistance de l’obstruction respiratoire
Autres complications
Peuvent survenir au cours de l’amygdalectomie.
Œdème de luette, traumatisme de la luette ou des piliers,
Traumatisme dentaire,
Brûlures superficielles, plaies,
Bronchopneumopathies et abcès du poumon par inhalation,
modification de la voix
Soins infirmiers :
Préparation préopératoire :
Bilan pré opératoire
Avis d’anesthésie
Préparation psychologique
La surveillance postopératoire a pour objectifs :
De vérifier l'absence de saignement pharyngé,
D’évaluer et de traiter la douleur postopératoire,
De prévenir et de traiter la survenue des nausées et vomissements post-op ( NVPO,)
Showing Page:
12/12
INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL
De s'assurer d'une reprise alimentaire
Éducation du patient
Éviter de racler la gorge, de cracher et de se moucher fort.
Alimentation : à J
0
aliments glacés, à J
1
liquides froids, dès J
2
alimentation tiède et molle, dès
J
6
poisson ou viande hachée, dès J
8
alimentation habituelle mais se méfier des croûtes de
pain pendant 10 jours.
Ne pas s'inquiéter en cas d'agitation, de mal de tête, de douleurs d'oreille, d'une légère
température, de membranes blanches dans la gorge (processus de cicatrisation).
Ne pas quitter la région pendant 15 jours qui suivent l'intervention car possibilité de
saignement.
En cas de saignements revenir dans le service avec la carte de groupe sanguin.
En cas de douleurs suivre le traitement antalgique prescrit.
Prévenir le médecin
En cas d’hémorragie se traduisant par des crachats persistants de sang Rouge.
En cas d’hémorragie tardive ( au delà du 2ème jour).
En cas de fièvre persistante ou supérieure à 39°.
En cas de douleurs violentes après deux jours.

Unformatted Attachment Preview

INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL Lavage d’oreille Soin infirmier sur prescription médicale 1. Définition : Le lavage d'oreille est l'injection d'un liquide de lavage dans le conduit auditif externe afin d'extraire un bouchon de cérumen. 2. Indications : • Bouchon de cérumen. 3. Contre indication : • Douleur au niveau de l’oreille • Écoulement sanguinolent ou purulent • Perforation tympanique • Otite externe ou moyenne • Présence d’une tumeur ou d’un corps étranger • Vestibulite, labyrinthite 4. Matériel : • Seringue stérile à embout conique de 20 ml. • Solution d'instillation : - Eau stérile ou sérum physiologie 0,9%. - Produit médicamenteux sur prescription médicale. • Cupule stérile. • Compresses. • Protection absorbante ou une serviette de toilette. • Une alèse de protection • Une paire de gant • Haricot. • Sac à élimination des déchets. • Nécessaire à l'hygiène des mains. • Plateau propre et décontaminé • Otoscope NB : Le lavage peut être pratiqué avec un otoscilloscope (petit appareil électrique) 5. Réalisation du soin : • Vérifier la prescription médicale. • Prévenir le patient. • Installer le patient en position assise sur un fauteuil • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains. • Installer le matériel après vérification des dates de péremptions et de l'intégrité des emballages. (Installation sur dans le plateau propre et désinfectée au préalable.) • Installer les poubelles de tri des déchets au pied du lit du patient. • Respecter le triangle d'hygiène, de sécurité et d'ergonomie : Propre (matériel) – Patient – Sale (poubelles). • Installer confortablement le patient, mettre les protections autour du cou et sur les épaules. • Vérifier l’emplacement du bouchon de cérumen avec l’otoscope • Préparer la solution dans la cupule stérile : sérum physiologie avec ou sans le produit médicamenteux en fonction de la prescription. • Prélever la solution d'instillation. • Mettre la seringue sous l'eau chaude afin de réchauffer légèrement la solution d'instillation. • Demander au patient de maintenir le haricot sous son oreille. • Tirer d’une main le pavillon de l’oreille vers le haut et en arrière, pour rectifier la courbure naturelle du conduit auditif • Introduire la seringue montée à la base du conduit auditif • Injecter doucement la solution d'instillation.( à répété plusieurs fois) • Faire pencher la tête pour que le liquide s'écoule. • Nettoyer et sécher l'oreille. • Contrôler le conduit auditif pour s’assurer de la complète évacuation du bouchon de cérumen • Le médecin s’assure de la perméabilité du conduit et de l’état du tympan • Eliminer les déchets et désinfecter le matériel utilisé ainsi que le plan de travail. • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains. INFSPM.SKIKDA • • MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL Réinstaller le patient. Transmission : présence de bouchon de cérumen, aspect du liquide de lavage, réaction du patient. Le lavage peut être complété par une aspiration pratiquée par le médecin. En cas de douleur, arrêter le soin. 6. Risques et complications : • Vertiges et nausées : eau trop froide ou trop chaude. • Douleur : arrêter le lavage. • Traumatisme : introduction trop profonde de la seringue. 7. Surveillances et évaluations : • Présence de bouchon de cérumen. • Aspect du liquide de lavage. • Réaction du patient. • Qualité de l'audition. INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL Lavage de sinus Acte médical Préparation du matériel, du malade et surveillance 1. Définition : Le lavage de sinus est l'injection d'un liquide de lavage dans les cavités sinusales par l'intermédiaire de cathéters fixés (drain d'Albertini). 2. Indication • Sinusite. 3. Préparation du matériel • Seringues stériles de 20 ml. • Solution d'instillation : Sérum physiologie 0,9%. Produit médicamenteux sur prescription médicale. • Cupule stérile. • Compresses stériles. • Sparadrap. • Protection absorbante ou une serviette de toilette. • Alèse de protection • Gants non stériles à usage unique • Haricot. • Sac à élimination des déchets. • Nécessaire à l'hygiène des mains. • Plateau propre et décontaminé. 4. Préparation du malade : • Vérifier la prescription médicale. • Prévenir le patient. • Installer le patient en position assise ou demi-assise. • mettre les protections autour du cou et sur les épaules. 5. Réalisation du soin • Vérifier la PM • Avertir le patient • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique :hygiène des mains. • Préparer la solution dans la cupule stérile : sérum physiologie avec ou sans le produit médicamenteux en fonction de la prescription. • Prélever la solution d'instillation. • Vérifier la température du sérum physiologique : si trop froid - Vertiges et/ou douleurs • Purger l’ensemble : ne pas injecter d’air • Enlever les bouchons du drain d'Albertini avec une compresse stérile et les déposer sur une compresse stérile propre. • Injecter le sérum physiologique dans le drain • Injecter le sérum physiologique par petits coups pour diluer les mucosités trop épais • Si le drain paraît bouché, demander au médecin de la mobiliser au cas où l’extrémité distale serait collée à la paroi du sinus • Le malade penche la tête en avant et se mouche pour évacuer le liquide • Recommencer l’opération jusqu’à l’obtention d’une eau de lavage claire • Si le patient est inconscient aspirer à la seringue le liquide de lavage. • Remettre les bouchons et fixer les drains sur le front avec le sparadrap. • Noter l’apparence de cette eau de lavage : − Présence de pus − Présence de flocons muqueux − Présence de sang • Terminer par l’injection des traitements prescrits • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique :hygiène des mains. • Réinstaller le patient. • Transmission : aspect du liquide de lavage, réaction du patient. 6. Risques et complications • Douleur : injection trop rapide, quantité trop importante. • Ablation accidentelle du drain d'Albertini. INFSPM.SKIKDA • • • • MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL 1er lavage ne doit être douloureux : si douleur locale et/ou œdème - STOP - prévenir le médecin 7. Surveillances et évaluations Aspect du liquide de lavage. Fixation des drains. Réaction du patient. INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL Ponction de sinus Acte médical Préparation du matériel, du malade et surveillance Les sinus sont un ensemble de cavités creuses symétriques situées de part et d’autre du nez et du front. Certains mesurent jusqu’à trois centimètres de diamètre, d’autres sont plus petits. Les différents sinus Nous avons quatre paires de sinus: • les sinus maxillaires (les plus grands) situés dans les pommettes, • les sinus frontaux, situés au centre de la partie basse du front, • les sinus ethmoïdaux, situés entre les yeux à la base du nez, • les sinus sphénoïdaux, situés derrière la cavité nasale. 1. Définition : La ponction du sinus est un moyen d'exploration et/ou de traitement des sinusites, elle est pratiquer par le médecin ORL après échec d’une antibiothérapie convenablement menée, soit sous anesthésie locale ou générale. 2. Indication : • Aspiration des sécrétions purulentes • Pratiquer un prélèvement pour ECB • Instiller des médicaments localement : antibiotique, anti-inflammatoire Il est parfois utile de laisser en place un drain durant quelques jours pour assurer des lavages et l'introduction d'antibiotiques et de corticoïdes à l'intérieur du sinus. 3. Préparation du matériel : • Seringues stériles de 20 ml. • Seringue stérile de 5 ml pour prélèvement bactériologique préalablement étiquetée • Seringue stérile de 2 ml pour injection d’anesthésiant ou pommade • Anesthésie (xélocaine) • Trocard à ponction • Des mèche à gaze imbibé de lubrifiant • Éventuellement des drains de drainage sinusien ( drain d’albertini ) • Spéculum de killian • Solution de lavage : Sérum physiologie 0,9%. Produit médicamenteux sur prescription médicale. • Cupule stérile. • Compresses stériles. • Sparadrap. • Protection absorbante ou une serviette de toilette. • Alèse de protection • Gants non stériles à usage unique • Haricot. • Sac à élimination des déchets. Spéculum de killian • Nécessaire à l'hygiène des mains. • Plateau propre et décontaminé. 4. Préparation du malade : • Vérifier la prescription médicale. • Prévenir le patient. • Installer le patient en position assise ou demi-assise. • mettre les protections autour du cou et sur les épaules. 5. Réalisation du soin Elle nécessite une préparation pré-opératoire. Elle est réalisée sous AG de courte durée ou sous AL (tampon Xylocaïne). Hospitalisation de 24 heures ou réalisation en ambulatoire • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique :hygiène des mains. • Respecter le triangle d'hygiène, de sécurité et d'ergonomie : Propre (matériel) – Patient – Sale (poubelles). • Préparer la solution dans la cupule stérile : sérum physiologie avec ou sans le produit médicamenteux en fonction de la prescription. • Le médecin réalise le soin INFSPM.SKIKDA • MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL Elle se fait : Au niveau du méat inférieur par trépanation de la cloison osseuse inter sinusonasale à l’aide d’un trocart • Le drain qui sort de l’orifice nasal :Est fixé par un sparadrap sur l’arête nasal ou sur le front • Il est obstrué par un fausset (obturateur conique) • Préparer la seringue pour le recueil du liquide drainé pour étude cytobactériologique • Préparer la solution de lavage dans la seringue de 20 ml • Préparer les mèches pour le méchage du nez • Fixer avec du sparadrap et laisser en place le drain d’albertini pour le lavage sinusal • Eliminer les déchets contaminés et désinfecter le matériel utilisé ainsi que le plan de travail. • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains. • Réinstaller le patient. • Transmission : examen bactériologique demander , réaction du patient. 6. Surveillances et évaluations • Installer le patient en position demi assise pour prévenir la survenue de saignement • Surveillance des mèches nasales • Changer a chaque fois qu’il est nécessaire les mouchettes placées à la base du nez lorsque celles –ci ont absorber beaucoup les écoulements séreux • Surveillance du drain d’albertini INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL Instillation auriculaire et nasale Acte sur prescription médicale Instillation auriculaire : 1. Définition : Elle consiste à introduire un produit médicamenteux en goute à goute dans le conduit auditif du patient dans un but thérapeutique. 2. Indication : • Otite 3. Matériel : • La solution prescrite présentée dans un flacon individuel bouchonné par un compte-gouttes. • Coton hydrophile • Coton tige • Le matériel pour le lavage des mains • haricot 4. Technique : • Vérifier la prescription médicale • Mettre le patient en décubitus latéral • Nettoyer délicatement l’entrée du conduit auditif avec du coton tige humidifier • Réchauffer le produit dans vos mains • Tirer le pavillon d’oreille vers le bas • Instiller le goutte à goutte dans le conduit auditif • Masser doucement devant et derrière le lobe de l’oreille • Le patient reste en décubitus latéral 10 minutes « bain d’oreille » • Le patient doit ensuite vider son oreille ; aucun produit en excès • Utiliser le coton hydrophile pour nettoyer le pavillon d’oreille et le conduit auditif • ranger le matériel et laver vos mains. • Transmission Instillation nasale : 1. Définition : Consiste à introduire un liquide dans les narines au moyen d'un compte-gouttes afin de traiter la muqueuse et désencombrer les voies aériennes supérieures. 2. Indication : Rhinite aiguë, purulente, allergique 3. Matériel : • La solution prescrite présentée dans un flacon individuel bouchonné par un compte-gouttes ou un flacon pulvérisateur en plastique souple. • Un mouchoir en papier ou le matériel pour un soin de nez ( coton tige) • Le matériel pour le lavage des mains • Haricot 4. Technique : • Installation du malade : Position assise, la tête incliner en arrière. Ou si impossible en position dorsale sans oreiller • Se laver les mains • Demander au patient de se moucher ou faire un soin de nez au coton-tige • Expliquer au patient la manœuvre en le prévenant qu'il pourra sentir le goût du médicament • Introduire le compte-gouttes d'environ 1,5 cm dans la narine • Instiller le nombre prescrit de gouttes dans les narines du patient • Demander au malade de respirer par la bouche pendant l’instillation, supprime l'envie de renifler ce qui pourrait projeter le médicament dans le sinus • Répéter la manœuvre dans l'autre narine si cela a été prescrit • Quand le nombre de gouttes a été instillé, dire au patient de garder la tête inclinée vers l'arrière pendant 5 minutes • Permettre au patient d'expectorer le médicament qui aurait coulé dans la gorge. Il peut avoir un goût désagréable. Donner des mouchoirs en papier • Réinstaller le malade INFSPM.SKIKDA • • • Ranger le matériel Se laver les mains Transmission MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL Compression et Méchage du nez Acte médical Compression du nez : 1. Définition : C’est une compression digitale simple des ailes du nez, dans le but d’arrêter un écoulement sanguin de faible ou moyenne abondance. 2. Indication : Les épistaxis provoqués par : • Pic hypertensives ; • Surdosage d’anticoagulants ; • Traumatisme des fosses nasales ; • Maladie type hémophilie ; • Rupture d’anévrysme carotidien ; • Rupture de vaisseau vasculaire après exposition au soleil ou rhinopharyngite . 3. Matériels : • Gants • Haricot • Compresses ou mouchoir • Alèse de protection • Tension metre + stétoscope 4. Technique : • Installation du patient dans une position assise, le coude calé sur une table ou sur l'accoudoir d'un fauteuil. • Tête en avant, haricots + mouchoirs. • Rassurer le patient, le faire moucher (pour enlever les caillots de sang) • Compression nasale pendant 10 minutes ; • Faire également sucer des glaçons au patient (vasoconstriction) ; • Surveillance du faciès, et des constantes ; • Si toujours saignement, appeler le médecin pour arrêter l’hémorragie. Méchage du nez : 1. Définition : C’est une technique pratiquée par le médecin et qui consiste à introduire une mèche de gaze et de tulle gras dans les fosses nasale du patient . (geste douloureux et angoissant) 2. Indication : • Épistaxis de grande abondante • Traumatisme facial, notamment les fractures des os propre du nez (OPN) 3. Préparation du matériel : • Dossier du malade comportant ( FNS, groupage Rh, bilan de coagulation) ; • Paires de gants ; • Haricot ; • Compresses stérile pour confectionner les mèches ; • Tulle gras ; • Pince de politzer ; • anesthésie locale au besoin ; Pince de politzer • Alèse de protection ; • Le nécessaire pour le lavage des mains ; • Matériels pour la mise en place d’un abord veineux ; • Tension mètre et stétoscope. 4. Technique : INFSPM.SKIKDA • • • • • • 5. • • • • • • • • 6. • • • • • • • MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL Mettre le patient en position assise sur un fauteuil Mettre l’alèse de protection Poser une voie veineuse de gros calibre Prendre les constantes hémodynamiques Méchage par le médecin, geste douloureux et angoissant Attention car risque de dégradation rapide du patient Surveillance : Repos au lit À jeun, donc perfusion Boisson ou alimentation froide plus tard Changer drap et vêtements souillés Surveillance des constantes et observation du patient Antibiotiques (risque infectieux avec les mèches) Prise en charge de la douleur et de l’anxiété. Si pas de saignement, le patient sort 24 heures après le déméchage Éducation du patient : Éviter l’exposition au soleil, Éternuer la bouche ouverte, Tousser la bouche ouverte, Manger froid pendant une semaine, Ne pas se moucher trop fort, Ne pas se gratter le nez, Éviter l’aspirine. INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL Soins de l'amygdalectomie Rappel anatomo-physiologique : Les Amygdales : De composition fort identique aux ganglions lymphatiques, les amygdales sont situées à divers endroits fréquemment en contact avec les microbes de l'air. Les principales sont les amygdales palatines à l'arrière du palais, et les amygdales pharyngiennes (encore appelées végétations adénoïdes ou simplement végétations), au niveau du rhino-pharynx, mais on en trouve aussi à l'arrière de la langue, de part et d'autre de sa ligne médiane, en arrière du V lingual (amygdales linguales) et au niveau de l'orifice de la trompe d'Eustache (amygdales tubaires). Le rôle des amygdales et des végétations est de détruire les microbes envahissant le corps par l'air inspiré. Elles sont souvent le siège d'inflammations, surtout chez l'enfant, et augmentent de volume. Définition L'amygdalectomie est l'ablation des amygdales. Elle est effectuée à l’occasion d’une courte hospitalisation et pratiqué sous A/G. Indications • Angines à répétition. • Phlegmons amygdaliens à répétition. • Infections d’origine amygdalienne. • Hypertrophie amygdalienne responsable de troubles respiratoires du sommeil • Hypertrophie amygdalienne symptomatique sans troubles du sommeil Contre-indications Il n’existe pas de contre-indication absolue à l’amygdalectomie. • Les troubles de la coagulation peuvent être dépistés en général et ne sont pas une contreindication lorsque la chirurgie est impérative ; • Un état fébrile (température > 38 °C) reporte l’intervention de quelques jours. Complications Les complications primaires • Les complications respiratoires, • Les NVPO, • L’hémorragie. Les complications secondaires • L’hémorragie retardée, • La dysphagie douloureuse à risque de déshydratation, • La persistance de l’obstruction respiratoire Autres complications Peuvent survenir au cours de l’amygdalectomie. • Œdème de luette, traumatisme de la luette ou des piliers, • Traumatisme dentaire, • Brûlures superficielles, plaies, • Bronchopneumopathies et abcès du poumon par inhalation, • modification de la voix Soins infirmiers : Préparation préopératoire : • Bilan pré opératoire • Avis d’anesthésie • Préparation psychologique La surveillance postopératoire a pour objectifs : • De vérifier l'absence de saignement pharyngé, • D’évaluer et de traiter la douleur postopératoire, • De prévenir et de traiter la survenue des nausées et vomissements post-op ( NVPO,) INFSPM.SKIKDA MATIERE : SOINS INFIRMIERS EN ORL • De s'assurer d'une reprise alimentaire Éducation du patient • Éviter de racler la gorge, de cracher et de se moucher fort. • Alimentation : à J0 aliments glacés, à J1 liquides froids, dès J2 alimentation tiède et molle, dès J6 poisson ou viande hachée, dès J8 alimentation habituelle mais se méfier des croûtes de pain pendant 10 jours. • Ne pas s'inquiéter en cas d'agitation, de mal de tête, de douleurs d'oreille, d'une légère température, de membranes blanches dans la gorge (processus de cicatrisation). • Ne pas quitter la région pendant 15 jours qui suivent l'intervention car possibilité de saignement. • En cas de saignements revenir dans le service avec la carte de groupe sanguin. • En cas de douleurs suivre le traitement antalgique prescrit. Prévenir le médecin • En cas d’hémorragie se traduisant par des crachats persistants de sang Rouge. • En cas d’hémorragie tardive ( au delà du 2ème jour). • En cas de fièvre persistante ou supérieure à 39°. • En cas de douleurs violentes après deux jours. Name: Description: ...
User generated content is uploaded by users for the purposes of learning and should be used following Studypool's honor code & terms of service.
Studypool
4.7
Trustpilot
4.5
Sitejabber
4.4